Cela va faire quelques minutes seulement que j'ai pris le temps enfin de terminer Just Cause 3. Et, à vif, je vous propose mon petit test habituel. 

Résultat de recherche d'images pour "just cause 3 logo"

Alors pour commencer, je tiens à préciser que je n'ai pas réalisé le jeu à 100 pourcent. Je n'ai par ailleurs pas pris le temps de faire tous les défis du jeu ni même libéré toutes les provinces. Je me suis concentré à la quête principale du jeu de base sans toucher non plus aux différents DLC et extentions. De ce fait, pour beaucoup de points qui vont être abordés, je doute fortement que le système de gameplay change, facilitant ainsi le prise de position que je vais prendre dans cet article. 

Autre chose, attention, il risque d'y avoir du spoil, des divulgations de l'histoire pour mieux éxpliquer mes propos. Si vous ne souhaitez pas connaître les grandes lignes de l'histoire du jeu, je vous déconseil de lire ce test. 

Ainsi, je vais mener mes différents avis sur la base des quelques points habituels détaillés : 

POUR LES YEUX : Alors, on ne va pas se le cacher, Juste Cause 3 est magnifique. Si son succésseur Just Cause 4 promet d'être plus beau encore, le monde de Medici est grand, chaleureux, beau et rayonnant. Les personages sont très bien modélisés et la cohérence des paysages est parfaite. Quel plaisir ainsi que de passer en permanance de paysage rural à un petit village en survollant une grade ville avec ses monastères et ses casernes qui ne demandent qu'une chose :  exploser ! A ce propos, le feu est à l'honneur dans ce jeu, et il faut le dire, très bien réalisé. 

Résultat de recherche d'images pour "just cause 3 explosions"

Car oui, l'image présente ici reflète bien ce que l'on voit dans le jeu. L'eau est omniprésente dans la carte et sa modélisation est également parfaite. Cela rend le tout cohérent et vraiment agréable car malgré la taille imposante de la carte (50km sur 50km), chaque détail compte et il faut être très loin de son objectif pour constater un rabais de qualité graphique. Cela dit, un gros point noir sur la version PS4, c'est le rabais de FPS en cas de grosses éxplosions. Le jeu n'en reste pas injouable mais force est de constater que vous loir faire trop beau peut par moment rallentir la machine. Un bon coup de chapeau qui mérite un 4/5. 

POUR LES OREILLES : Une musique sobre, simple et facile à retenir car le thème principal de just cause 3 est élaboré sur 4 notes seulement. Quel travail d'orchestration et de composition ! La musique est présente tout le temps, et en aucun cas ne dénature les actions que le joueur entreprend. Bien qu'il faut beaucoup d'heures pour réaliser le jeu dans sa totalité, je n'ai quasiment jamais eu le sentiment de m'embêter à écouter ces mélodies simples mais qui argumentent avec beaucoup de précision les images et l'univers que souhaite les équipes ayant conçut le jeu. Le sound design est très fin et très précis. Le choix des voix est minutieux à tel point que l'on peut facilement s'attacher aux personnages autant grâce à leurs personalités qu'à leurs voix. Un tout cohérent qui, tout comme les graphismes du jeu, mérite une distinction. 5/5. 

Résultat de recherche d'images pour "just cause 3 musique"

AVEC NOS MAINS : Le gameplay de ce jeu est simple. Il n'y a pas de niveau de difficultés et il faut rechercher sur la carte les zones faciles pour évoluer et réussir avec moins de difficultés les lieux plus hardus à délivrer. Cela dit, bien que réaliste, quand on se renseigne dans les options pour effectuer des modifications de touches, on remarque un nombre impressionnant d'actions possible. Et pourtant, le gameplay parait répétitif à mourir. On sort le wingsuit pour se déplacer, on prend le parachute pour monter, on prend une voiture pour aller sur les routes et on recommence les mêmes actions tout en faisant éploser un château d'eau par-ci, un réservoir par là, et de temps en temps, se fixer un objectif qui est de détruire une base entière. Et on recommence. Et la quête principale se résume à peu près aux mêmes objectifs mais cette fois ci, en étant guidés. La manoeuvre des véhicules terrestres est une véritable difficulté rendant les défis de conduite, de course et de véhicules éxplosifs irréalisable. Malheureusement, je n'ai pas été séduit par ce gameplay éxtrêmement répétitif classant ce jeu dans la catégorie des jeux à faire "quand j'ai une heure à perdre". Conclusion : 2/5. 

TOUT LE RESTE : Le scénario est intéressant et cohérent. De la manière d'un jeu classique Juste Cause ou l'objectif est "d'avancer, tout faire péter, puis avancer, puis tout faire péter, puis avancer, etc...", Just Cause 3 répond parfaitement à ces critères. Maintenant, de la même manière que pour le gameplay, on se retrouve avec un scénario très répétitif : On découvre une base militaire importante, on l'affaiblie puis on explose sa tour de contrôle, et ce, trois fois. On se sert de ce qu'il y a a faire à côté, délivrer des provinces, pour augmenter la durée de vie du personnage. Mais concrètement, il serai entièrement possible de commencer le jeu et de combattre Di Ravello dirrectement après. On ne sens pas l'évolution du héro, on ne trouve pas de modification d'armure, de renforcement des armes, de précision. Pour en tirer profit, il faut réaliser les défis et débloquer les améliorations rendant le jeu, par moment ridiculeusement facile, et par moment, bien trop compliqué. Cet équilibrage est malheureusement, à mon sens, mal éffectué. On notera également (attention spoil), une très très grande frustration après le combat final. Quand on regarde tous les points du jeu, on se retrouve devant un décors splendide, avec des personnages qui finissent par être attachant et même rigolos par moment, avec un scénario qui, malgré être répétitif, reste cohérent, et une fin hautement ridicule. Un Di Ravello dans un hélico intouchable au milieu d'un volcan. Pour le côté WTF, je dis réspect car tout le jeu suis sensiblement cette mentalité (et heureusement) et que l'idée du lieu est, en mon sens, une bonne idée. Par contre, l'hélico est beaucoup trop compliqué et en même temps, beaucoup trop facile. Compliqué car intouchable à cause du bavarium, rapide et si on à le malheure de se prendre un micile et de ne pas se relever rapidement, faite vos prières. Compliqué également car il n'y a AUCUNE caisse à minution nul part. Et que rien n'indique que nous entrons dans la phase de combat final. Et pourtant, en vidant toutes mes munitions, je n'ai fait perdre à mon adversaire qu'un petit quart de sa vie. Alors quoi faire ? Monter sur l'élicos et placer les mines en éspérant que celui ci n'active pas trop rapidement son bouclier. Et une fois endomagé, attendre en se protégant car Di Ravello perdra lentement de la vie tout seul. Bref, un combat frustrant car trop difficile et en même temps trop facile aussi. Tout ça pour terminer sans aucun dialogue, sans aucune explications, sans aucune remise en question. On appuye sur R2 et le tour est joué. J'ai trouvé cela très moyen. Aucun échange entre les deux personnages malgré une traque de plusieurs années derrière nous. 

Résultat de recherche d'images pour "combat di ravello"

POUR CONCLURE : Just Cause 3 est loin d'être un mauvais jeu. Le nombre de possibilités est énorme et les délires que l'on peut imaginer sont infinis. Trop de points seraient à argumenter pour parler en détail de ce jeu le rendant si riche. Malgré un scénario répétitif et un game play qui ne l'est pas moins, on se retrouve malgré tout derrière un parfait défouloir au sens large du therme. 14/20 est donc la note que je lui attribue ne faisant pas de ce dernière un mauvais jeu, loin de là. En comparrant sur des sites comme jv.com, gamekult ou même steam, nous nous retrouvons sensiblement sur des notes similaires rendant mes propos, je l'éspère un peu plus cohérents. Pour finir, je conseil Juste Cause 3 à tous ceux qui aiment prendre le temps de s'entrainter pour arriver à un objectif de manière à réussir totalement tous les défis proposés.